Les étapes de création d’une montre
– Entretien avec David Gagnebin –

On les admire, on les porte, on discute autour d’elles, elles nous suivent dans notre quotidien. Et pourtant elles demeurent des mystères.

Cela fait un petit moment que j’écris sur l’horlogerie et pourtant une question restait sans réponse : comment construit-t-on une montre ?

Cette question s’est amplifiée quand j’ai écrit sur la SERICA. Effectivement, en rencontrant les compères à l’origine de ce projet, ils m’ont partagé avec passion tous les moments lors de la préparation de leur projet. Ces longues nuits blanches à échanger entre eux pour peaufiner les contours de ce qui pourra habiller votre poignet.

Durant l’écriture de l’article, j’ai rencontré David. Il est celui qui a été le chef d’orchestre de l’aspect production du projet SERICA.

Il a donc répondu à ma question : comment on fait une montre ?

Sur le papier, cela semble simple. Mais dans la réalité, c’est tout autre chose. Il faut tout d’abord distinguer 4 phases.

La phase de dessin.

Si l’on rêve de montres, si l’on a en tête notre montre idéale, faire passer le rêve au papier, ce n’est pas une mince affaire. Ça nous demande de rentrer dans les détails. Alors même qu’on est au début du processus, il faut déjà jouer avec le dixième de millimètre.

Je ne vous dis pas que votre première idée doit déjà contenir tous les détails. Mais plus il en comporte et mieux ça sera.
David m’a avoué que cette phase dans le projet SERICA n’a pas été la plus compliquée. De fait, Jérôme, Gabriel et Matt avaient déjà une idée très précise de ce qu’ils voulaient.

Création d'une montre - phase de dessin

Dès que votre dessin vous plaît et qu’il est suffisamment précis, la deuxième phase peut commencer.

Dessin de création de montre

A gauche le premier dessin, à droite le final

Le développement technique. 

Avant de passer à l’usinage, vos fournisseurs ont besoin de plus d’informations qu’un simple dessin. Aussi précis soit-il ! En effet, ils vont vous demander de leur donner les données qui décrivent techniquement la montre. Données qui vont être digérées par les machines. Vos yeux comprennent le dessin et la machine les données techniques.

David intervient aussi sur cette phase-là. Après avoir donné son avis, il fait parler son expertise de designer en validant ou non le plan technique donné par les fournisseurs.

Quand toutes les données sont fixées, on peut procéder au prototypage. Ce n’est pas une phase à part entière. Elle est le résultat du développement technique.

Par les prototypes, votre dessin va se concrétiser. Ce qui pouvait paraître bien sur le papier peut avoir un tout autre rendu dans la réalité.

Dans le cadre de la SERICA, ils avaient opté pour un brossage circulaire de la tombée des cornes. Mais quand ils ont un prototype en mains, l’effet circulaire du brossage et le reflet de la lumière donnaient une impression d’avoir des cornes qui n’étaient pas parallèles.

Par conséquent le brossage circulaire fut abandonné au profit du brossage vertical.

L’importance d’avoir un designer dans l’équipe pendant cette période-là est cruciale.  En effet David me confiait qu’il devait utiliser son expertise pour limiter le nombre de prototypes et que le bon soit le plus rapidement possible trouvé. Mais surtout qu’il devait comprendre le besoin du client et le matérialiser en design. Dans le cadre de la Serica, le constat était simple et l’amitié liant la bande a permis une meilleure compréhension du besoin.

Nous voilà donc avec des prototypes en main.

La prise de décision.

Il est probable qu’après le développement technique vous aillez en main différents prototypes qui vous plaisent. Mais vous devez produire qu’un modèle.

Là on ne peut rien pour vous. Vous allez devoir faire un choix.

Votre choix est fait, la dernière phase peut être entamée.

Le lancement de la production chez les fournisseurs.

Rien de bien compliqué à expliquer. Tout est dit dans le titre. Vous n’avez plus qu’à attendre vos premières séries soient produites.

Vous avez pu le remarquer, mais au moins les deux premières phases nécessitent une certaine créativité. Si elle peut paraître innée chez certains, c’est quelque chose qui s’entretient et qui s’alimente. C’est pourquoi j’ai interrogé David : comment fais-tu pour entretenir ta créativité ? Et sa réponse fut simple : il faut s’ouvrir à d’autre domaine. Être attentifs aux nouvelles technologies et à l’évolution du monde.

La clé de la créativité repose dans le fait d’avoir une ouverture d’esprit et une curiosité.

Maintenant vous pouvez répondre à la question : comment fait-on une montre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *