La Yema Flygraf Armée de l’Air et de l’Espace

Entre cohésion et solidarité.

Une petite échelle est posée contre la carlingue. En quelques pas, m’y voilà ! Assis, le manche entre les jambes et la manette des gaz à côté ! Je n’ai qu’une envie, que l’appareil prenne vie. Que les outils s’illuminent, que les cadras s’activent et que la voltige commence. Si je ferme les yeux, je deviens Tom Cruise. Malgré mon jeune âge à ce moment-là et les années qui se sont écoulées depuis, ce premier souvenir avec l’Armée de l’Air reste intact.

Quelle liberté que celle de pouvoir voler. Peu de gens ont cette chance, mais bon nombre d’entre nous rêvent de côtoyer les nuages.

Une porte sur un univers inaccessible.

La place des rêves dans notre vie est primordiale. Ils nous permettent de garder espoir, de nous évader le temps d’un instant en laissant libre cours à notre imagination.

De cette dimension de nos vies, les studios de cinéma en ont fait leur fonds de commerce. Les romans d’aventures, les bandes dessinées et les films ont bercé une large partie de ma vie. Les Buck Danny, les Tanguy Laverdure, les Top Gun et les Chevaliers du Ciel ont contribué à attiser mon envie de côtoyer les nuages.

Avion musée des art et metiers

Je m’en souviens comme si c’était hier. Il y avait un monde fou. Des stands de part et d’autre du chemin, quant au détour d’un tournant, je le vois ! Majestueux, le fuselage affûté et le cockpit ouvert, il m’appelle ! Quand vient enfin mon tour et que je m’assoie, le coup de foudre est immédiat. En dehors de ce cockpit, la vie n’a aucun sens. Malheureusement cette extase dû prendre fin, n’étant pas le seul à vouloir enfin expérimenter le lieu de travail de ses idoles.

Quand nous avons été avertis de la sortie de cette nouvelle collection, mes souvenirs d’enfance ont refait surface. Pendant un bref instant, je me suis vu fouler le bitume en tenue complète en direction d’un avion de chasse.

Nos contraintes d’adultes n’ont pas permis que ce rêve devienne réalité. Mais on ne désespère pas car rien n’est impossible.

Faute de pouvoir m’envoler, nous avons décidé d’aller à la rencontre de l’histoire, montre au poignet bien-sûr.

Suis-nous ! Direction le Musée des Arts et Métiers à Paris, car sans ces inventeurs fous dont le travail est y exposé, nos vies seraient bien tranquilles.

Premiers avions arts et metiers
Invention d'un avion musée des arts et metiers

Les oiseaux, seuls exemples disponibles à l’homme, leurs squelettes, leurs mouvements…tout a été scruté afin d’essayer de les répliquer et de les adapter aux contraintes de l’homme. Quatre contraintes se devaient d’être respectées : légèreté et souplesse d’un côté, résistance et puissance de l’autre. Pas un gramme de métal superflu ne subsiste. Le dépassement de la vitesse du son n’était même pas encore imaginable. Leur plus grand souhait : quitter le sol le temps d’un instant. 

Vous imaginez la première fois que cela a dû arriver ? L’auteur de cet exploit devait être mitigé entre frayeur et exaltation.

Lorsque je pose mon regard sur ce garde-temps, voilà ce que je vois. La Yema Flygraf Armée de l’Air et de l’Espace est pour moi la porte d’entrée vers un univers inaccessible.

Une collaboration complète : de la cohésion à la solidarité.

La cohésion et la solidarité sont deux valeurs et piliers de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Valeurs qui ont dû guider Yema et l’Armée durant l’élaboration de la collection. Pour Yema, ses codes devaient rester intact, quant à l’Armée ses valeurs se devaient d’imprégner la collection.

De la forme des aiguilles de style aviation au cadran strié et brossé rappelant les fuselages des avions, en passant par la cocarde présente sur la couronne, voilà comment, en partie, cette montre se connecte à l’Armée de l’Air et de l’Espace.

Coquarde montre YEMA et Armée de l'Air
Chrono YEMA Armée de l'air
Logo Armée de l'air YEMA Flygraf

Cette nouvelle collection se compose de 2 modèles GMT limités à 500 exemplaires, de deux modèles chronographes méca-quartz et de la première montre militaire femme de l’Armée de l’Air et de l’Espace.

Ça donne quoi au poignet ?

À vrai dire, pour ce qui concerne la GMT, la sensation au poignet est parfaite. Ses 39 mm de diamètre et son bracelet acier se fondent parfaitement à votre poignet ; elle sait se faire oublier en se glissant sous votre manche et apparaître quand vous en avez besoin. Pareil pour le chronographe méca-quartz.

Le plus impressionnant dans tout cela, c’est que ces montres ont été dessinées conjointement. La marque n’a pas simplement proposé un dessin qui a ensuite été approuvé par un gradé qui doit gérer ce « truc » entre deux dossiers classés secret défense.

La montre, véritable outil de travail, se doit de servir les militaires. C’est dans cette optique que le chronographe et la GMT ont été choisi. Tous deux représentent des fonctions utiles au quotidien de ces hommes et femmes d’action.

YEMA Flygraf Armée de l'Air montre noir
YEMA Flygraf Armée de L'air Chrono bleu
YEMA Flygraf Armée de l'Air

Conscient de l’aura de l’Armée de l’Air et de l’Espace, il a été décidé que les montres seront mises à disposition du personnel de l’Armée mais aussi du grand public. Ainsi, vous pourrez goûter à une partie de cet univers qui paraît si inaccessible. Qui sait, le point commun que vous aurez avec un pilote sera peut-être ce que vous portez au poignet.

La non-limitation de cette collection au personnel de l’Armée peut être vue comme un moyen de gagner plus d’argent pour la marque. Utiliser l’image d’une telle institution est un bon moyen pour vendre. Mais n’oubliez pas les valeurs de cohésion et de solidarité qui animent l’Armée. Elles se retrouvent aussi dans ce projet.

YEMA Flygraf Armée de l'Air bleu
YEMA Flygraf Armée de l'Air Noir

Effectivement, 12,5% du prix d’achat sera reversé à la FOSA. La Fondation des Œuvres Sociales de l’Air. Sa mission : porter assistance au personnel de l’Armée de l’Air et de l’Espace, de la Direction Générale de l’Aviation Civile, de Météo France et à leurs familles qui sont en difficultés suite à un « accident de la vie » survenu à l’un des leurs.

Continuons de rêver, car un jour nos rêves pourront se réaliser. En attendant, on va quand même essayer de retourner dans un cockpit.

À votre tour de nous partager vos aventures aériennes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.