GPHG et OnlyWatch, une envolée des prix dans une aventure Genevoise

Vous êtes seul, les rues sont vides et la pluie vous fait remonter les épaules et baisser la tête. Vos pas se pressent et votre valise vous suit comme un fidèle compagnon. Où va-t-on et pourquoi un réveil si tôt ?

Une nouvelle aventure s’apprête à débuter et son point de départ est à Paris. C’est là que tout commence.

De la Gare de Lyon à Genève

Il est là ! Froid. Dans quelques minutes, après avoir composté votre billet, ses portes s’ouvriront. Enfin le départ d’une aventure tant attendue. Avant de monter dans notre TGV Lyria, nous retrouvons Alexandre Léger. Lui aussi a un planning chargé qui l’attend à Genève. Il nous tient à jour sur ses dernières expertises et les ventes aux enchères qui arrivent. Mais il est temps de rejoindre nos sièges.

Tout le train s’ébranle et nous quittons progressivement la ville lumière qui se réveil doucement.

Face à moi, mon livre que je vais enfin pouvoir dévorer. « Mille vies valent mieux qu’une », voilà son titre. J’ai hâte d’en savoir bien plus sur cet acteur qui a bercé mon enfance : Jean-Paul Belmondo.

Jean Paul Belmondo

Au fur et à mesure que les pages se tournent, nous nous rapprochons de notre destination. Le paysage change, les montagnes font leur apparition et tout d’un coup, la voix annonce : « Prochain arrêt, Genève Cornavin ».

Que la fête commence !

Les trésors de la vieille ville qui s’offrent à nous

Le planning de la journée est assez simple, mais nous avons hâte d’y être.

Elles sont là, elles en ont vu des badauds se promener le nez au vent, elles ont vécu l’histoire. C’est à notre tour de longer ces bâtisses. Au détour d’une de ces rues, nous nous arrêtons. Le doigt sur la sonnette, la porte s’ouvre et c’est chaleureusement que nous sommes accueillis. Effectivement, cela fait déjà quelques mois que nous n’avons pas revue les équipes de Czapek, bien que nous ayons reçu en live Xavier de Roquemaurel à l’occasion de la vente Only Watch. Aujourd’hui, nous allons pouvoir enregistrer un podcast. Une discussion pleine d’enthousiasme pour vous faire découvrir son histoire et celle de la marque.

Les rencontres sont la clé, mais ce que nous retenons par-dessous tout c’est un exercice intellectuel. Quand Xavier s’est embarqué dans cette aventure géniale, il s’est demandé avec ses acolytes ce que ferait Czapek aujourd’hui et dans le futur. Copier-coller le passé en le remettant au goût du jour n’était pas une option. Il fallait le ressusciter pour savoir où mener la marque sans qu’elle ne perde son âme. Et lorsqu’on voit l’intérêt qu’elle suscite chez les collectionneurs, on ne peut que saluer la performance. 

Cet exercice intellectuel devrait d’ailleurs être pratiqué dans la plupart des marques car c’est un excellent moyen pour rester innovant et pertinent.

Ça y est, nous y sommes. Le boss final, celui que de nombreux collectionneurs s’arrachent. Nous nous sommes aventurés dans la vieille ville et après avoir emprunté quelques ruelles, nous y sommes arrivés. Tels des enfants qui contemplent la vitrine d’un magasin de jouet, nous avons observé. Chaque mouvement est précis, et plus le temps passe, plus elle prend forme et prend vie. Les planètes se sont alignées et nous allons pouvoir enregistrer le podcast avec Rexhep Rexhepi.

Pour ceux qui l’auraient manqué, vous pouvez l’éouter juste ici. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse avec le Master.

Rexhep Rexhepi

Rexhep Rexhepi

AKRIVIA

La liberté se gagne et l'expérience ne s'apprend pas sur les bancs de l'école. Voilà ce qui pourrait en partie résumer Rexhep Rexhepi. Cela fut un honneur pour nous de s'assoir avec lui en revenant sur ses expériences et les enseignements qu'il faut en tirer. Une discussion honnête avec un horloger que nous respectons énormément.

GPHG et OnlyWatch, une envolée des prix

Pour la première fois dans notre histoire horlogère, nous nous sommes rendus à la cérémonie des Oscars horlogers. Une nouvelle opportunité pour retrouver des confrères et découvrir du beau monde.

Qu’est-ce qu’on en retient ? Pas grand-chose. Edouard Baer a animé la cérémonie avec talent, ses traits d’humours en ayant déridé plus d’un. Mais nous reviendrons plus longuement sur le GPHG et son utilité dans un prochain article.

Ce qui nous intéressait surtout dans ces quelques jours Genevois était la tenue de la vente Only Watch. Durant les semaines qui l’ont précédé, nous avions réalisé de nombreux live Instagram avec les marques participantes afin de vous faire découvrir ces pièces uniques.

Toutes ces interviews sont toujours disponibles en replay sur notre compte Instagram.

Interviews OnlyWatch 2021

54 marques s’étaient réunies pour mettre à la vente 53 pièces uniques. Et la vente a commencé sur les chapeaux de roues !

La montre Akrivia ouvrait le bal et ce fut un feu d’artifice de surenchères. La salle était en feu ! Estimée entre 70 000 et 100 000 CHF, elle a demandé à son futur acquéreur d’en débourser 800 000 ! Un prodigieux record qui fait chaud au cœur lorsqu’on on sait que tous les bénéfices de la vente vont financer la recherche sur la dystrophie musculaire de Duchenne.

Luc Pettavino OnlyWatch

Que retenir de cette vente ?

Tout d’abord, 30 millions de Francs Suisses ont été déboursés tout au long de la vente. Un magnifique record pour une noble cause.

D’un point de vue marketing, cette vente est intéressante à analyser. Effectivement, elle permet de quantifier l’attirance des marques vis-à-vis des collectionneurs. Plus la montre va haut, plus l’envie des collectionneurs grandit et plus la valeur de la marque est importante. C’est ce qu’on appelle la valeur perçue.

Si l’on reprend l’exemple de la montre Akrivia, on peut constater que la valeur perçue de la marque est importante car des collectionneurs ont été jusqu’à mettre 800 000 CHF pour l’acquérir. L’analyse s’applique aussi pour les modèles qui sont restées dans leurs estimations. La valeur perçue est donc très légèrement supérieure au prix de vente.

De plus, les résultats de telles ventes aux enchères ont évidemment un impact sur le marché de la seconde main.

Vente OnlyWatch

Cependant, certaines marques ont une technique pour augmenter leur valeur perçue. Elles font appel à des acheteurs qui sont là pour surenchérir. Arrivé à un certain pallier, ils peuvent s’arrêter de surenchérir pour laisser la montre à un collectionneur. Si aucun collectionneur ne les a suivis, l’acheteur missionné par la marque achètera bien-sûr la montre puis se fera rembourser par la marque.

En sachant cela, que pensez-vous de cette technique ?

Pour notre part, nous avons été heureux de pouvoir prendre part à cette merveilleuse aventure et nous espérons vivre les prochaines éditions. Merci Luc !

Vous pouvez d’ailleurs en découvrir plus sur Luc Pettavino dans notre podcast ci-dessous…

Luc Pettavino

Luc Pettavino

OnlyWatch

Une institution qui a permis à l'horlogerie mais aussi à la recherche contre la maladie de Duchenne d'avancer. Onlywatch a pris vie grâce à Luc Pettavino et dans ce podcast, vous découvrirez la clé de son succès. Il n'est ni financier, ni marketing : il est principalement humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.